JOSEPHITES (C.J.)
JOSEPHITES (C.J.)

NOUVEL ECRIVAIN JOSEPHITE

 

Fr. AKER SAMUEL Sunny, vient de publier deux livres aux Editions Croix du Salut en Allemagne. Le premier intitulé : Pourquoi le mal social en Afrique ? Et le deuxième intitulé : Les jeunes en formation aujourd’hui un grand défi pour les formateurs.

Veuillez lire, mastiquer, toucher, humer, et commander votre copie de ces ouvrages. Ils sont disponibles en ligne.

Voici les liens suivants :

 

 

D’autres possibilités, vous pouvez Googler simplement le titre des livres en ligne.

NB : La version anglaise est en cours. 

 

 

Br AKER SAMUEL Sunny has just published two books at Editions Croix du Salut in Germany. The first entitled: Why Social Evil in Africa? And the second entitled: Youth in formation today a great challenge for formators.

Please read, chew, touch, smell, and order your copy of these books. They are available online.

Here are the links:

 

OUVERTURE DU CENTRE MEDICAL A GOMEMBLEY (CAMEROUN)

 

Le 12 mars 2021 l’Eveque de Maroua-Mokolo, Msgr Bruno Ateba Edo, a formellement inauguré un nouveau centre de soins à Gomembley. Ce centre a été financé par la SJAA en réponse au décès de plusieurs membres de la population suivant une attaque par des bandits il y a deux ans. Bien que certains sont morts sur place, d’autres sont mortes par manque des facilités médicaux dans les environs proches.

ORDINATION DIACONALE DU FRERE GERARDO


Mercredi 13 janvier notre confrère Gerardo Toscano a reçu l’ordination diaconale des mains de Msgr. Robert Barron, Evêque auxiliaire de Los Angeles, au Lycée Saint Joseph à Santa Maria, Californie. 
Nous félicitons notre nouveau diacre et nous lui souhaitons une longue vie et un apostolat fructueux.

+++++

 

ORDINATION OF BROTHER GERARDO TO THE DIACONATE


On Wednesday 13th January our confrère Gerardo Toscano received the ordination to the diaconate from Msgr. Robert Barron, Auxiliary Bishop of Los Angeles, at St. Joseph's High School in Santa Maria, California. 


We congratulate our new deacon and wish him a long life and a fruitful apostolate.

INTERVIEW AVEC P. PAULIN MBENGELE DANS "L'OEIL DU SAHEL"

 

INTERVIEW AU JOURNAL ŒIL DU SAHEL

Le 13/12/2020

 

Le bilan des attaques du 15 au 16 février 2020 dans la paroisse d’Ouzal fut très lourd en dégâts matériels et humains. Pour ce qui est de dégâts humains : la communauté a enregistré quatre morts parmi lesquelles trois égorgées et un incendié au feu, sept enfants âgés de moins de 11 ans ont été emportés par le B.H.
Quant aux dégâts matériels, plus de 250 maisons d’habitation ont été incendiées, des denrées alimentaires (céréales, arachides, sésames, …), au nombre de sacs incalculables ont été brulés, des tonnes de cotons détruits, des petits ruminants (chèvres et moutons), des volailles (poules, canards) et d’autres animaux domestiques brulés  ou emportés sans oublier des motos détruites, brulées, emportées. Plus grave encore une école primaire publique de la localité et l’unique centre de santé de référence ont été réduits en cendres. Je n’oublie non plus des vêtements et des nattes qui ont été également emportés soit brulés dans les maisons incendiées.
On reconnait un bon ami dans le malheur « dit-on souvent ». Évidemment la médiatisation et l’appel à l’aide auquel votre journal a fortement participé et nos propres efforts sur le terrain ont occasionné une abondante assistance de tout genre et de tout bord aux populations sinistrées d’Ouzal. Nous ne pouvons que dire sincèrement merci au journal  «  œil du sahel » d’avoir été notre interlocuteur valable auprès des âmes et des organisations sensibles qui ont répondu à notre cri de détresse.  En plus  de notre gratitude,  nous ne pouvons que demander à Dieu de bénir et de donner le centuple à tout le monde qui est venu en aide aux populations d’Ouzal de quelque manière que ce soit : matérielle, financière, morale, spirituelle,  
La question de savoir quelle était la qualité et la quantité des dons et quand est-ce qu’ils ont commencé à parvenir aux populations d’Ouzal me parait très importante. 
Je tiens à préciser que l’assistance dont Ouzal avait besoin au lendemain des attaques du 15 février jusqu’à maintenant portait et porte essentiellement sur la sécurité des populations et de leurs biens, ensuite une assistance humanitaire multiforme pour reconstituer le tissu socio-économique détruit. 
Ainsi nous avons bénéficié de deux types d’assistance : sécuritaire et humanitaire
Sur le plan sécuritaire : depuis les attaques de février, des forces de maintien de l’ordre ont été déployées à Ouzal et dans la périphérie. Un camp frontalier de bataillon des militaires d’intervention rapide a été construit à Moskota à environs 6 kms du centre de la paroisse dont l’inauguration a eu lieu le 08/09/2020.
Plusieurs postes des militaires ainsi que des comités de vigilance dans beaucoup des villages ont été soit créés soit réhabilités. Grace à ce déploiement des forces armées et leur travail remarquable sur terrain (des patrouilles diurnes et nocturnes), nous n’avons plus connu d’actions terroristes de grande envergure en dégâts humains et matériels comme celle du 15 et 16 février. Néanmoins des actions sporadiques des terroristes ici et là  du genre à surprendre  les gens la nuit ou la journée dans leurs champs ne manquent pas. Comment démanteler le réseau des complices qui relayent  les informations avec les BH ? Et comment chasser la peur et le grand traumatisme dans lesquels les populations sont plongées ? Ce sont des questions qui restent à résoudre sur le plan sécuritaire. 
Sur le plan humanitaire : le bilan est largement positif depuis les attaques jusqu’à nos jours parmi les diverses assistances, nous pouvons citer : 
a) La Caritas diocésaine de Maroua-Mokolo avec ses partenaires : Allemands et Canadiens. 
Cette institution de l’Eglise nous a aussitôt donné 30 sacs de maïs deux ou trois jours après pour assister les sinistrés ; plus tard elle a assisté 350 ménages avec un sac de 100Kg, 02 litres  d’huile végétal, 2 Kgs de sel par ménage, quelque temps après, elle est venue encore en aide à 138 ménages avec le cash d’un somme de 50 000 F CFA, 01 paires de drap, une natte. Donc ces matériels de couchage et cette somme d’argent ont permis aux bénéficiaires de reconstruire leurs cases ou relancer l’élevage de leur petit bétail. 
La même Caritas  assisté depuis 2014, des enfants malnutris de 06 mois à 05 ans en arachides, soja, sucre, marmites, gobelets, seaux… Au  mois d’Août 2020, 40 femmes ont bénéficié de ces dons en raison de 90 enfants. 
b) Certaines paroisses du diocèse de Maroua-Mokolo et des communautés religieuses et des des âmes sensibles, ont assisté énormément des populations en vêtements. Plus ou moins 172 familles avec une taille d’environ 5 à 6 enfants ont été vêtues. 
c) La fraternité des sœurs ursulines de Jésus, ont assisté avec 129 sacs de céréale et 02 morceaux de savon de lessive par ménage. 
d) L’Eglise adventiste, n’a pas été non plus insensible, elle a apporté également une assistance en céréales, je ne connais pas la quantité, c’est-à-dire le nombre de sacs. 
e) L’Association des jeunes pour la promotion de l’Education et de la solidarité “AJPES’’, a apporté son assistance aux populations sinistrées, je ne saurai non plus vous dire le contenu et la quantité.
f) Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) 
Il a par son intermédiaire INTERSOS assisté fortement les populations  à deux reprises.  Il s’agissait de 495 ménages repartis en 120 ménages dans les villages de Mandoussa, d’Ouzal, de Moutsikar montagne ainsi que 135 ménages du village Djamadjaf. 
L’aide apportée au premier contenait de mil rouge, de l’huile, de la farine, du Soja, du Sel. Selon les tailles des ménages, il y en a qui ont un 01 sac et demis de 50 Kg de mil, 06 bouteilles d’huile, et d’autre un sac de mil et de 05 bouteilles d’huile 
A la seconde distribution en septembre, les mêmes ménages ont bénéficié du riz (en sac de 50 Kg), de l’huile proportionnellement à leur taille de ménage, plus ou moins deux mille huit cent bouches  ont été nourries.
g) La solidarité internationale. 
A ma lettre de demande d’assistance écrite à cette ONG le 1er mars 2020, la réponse positive nous est parvenue en septembre.  Ce donateur après avoir mis en place ses mécanismes d’assistance, a assisté 100 bénéficiaires avec 25 000 F CFA par bénéficiaire y compris les coupons alimentaires d’une valeur de 45 000 et de coupons des produits contre COVID-19 (savons + bouloir) d’une valeur de 4100F CFA. Tout cela auprès des commerçants sélectionnés par la solidarité internationale pour une durée de deux semaines.  

h) Norwegian refugee council (NRC)
Dans le cadre de la formation sur l’hygiène, la diversité alimentaire et les mesures barrières au COVID-19 NRC a apporté le cash aux 95 bénéficiaires. Le contenu de cette aide est d’un téléphone avec une puce identifiée par MTN avec un transfert de 42 500F FCA. Chaque bénéficiaire aura à recevoir à trois reprises cette somme d’argent pour lui permettre de reconstruire son tissu économique détruit par la crise de la pandémie du COVID-19. La première tranche a été accordée fin octobre 2020 et la dernière a eu lieu pas plus tard que le vendredi passé le 11/12/2020. Ils ont reçu également trois savons de lessive fabriqués par eux à l’initiative de NRC. C’est dans deux villages Kouva et Moskota que les bénéficiaires ont été ciblés. Le même NRC travaille dans le village de Mandoussa bien avant les villages cités  sous  une autre forme d’assistance  dont nous ignorons la finalité pour ne nous avoir pas impliqués.
i) La croix rouge internationale 
Elle avait signé un contrat de 03 mois (septembre-novembre) avec la possibilité de le renouveler pour la prise en charge des soins médicaux et éventuellement la possibilité de réhabilitation des infrastructures dudit centre de santé de référence d’Ouzal. Selon les informations à mon niveau, les soins sont gratuits pour des enfants de zéro à 05 ans et pour des femmes enceintes, tandis que les adultes contribuent pour les soins avec une modique somme de 250F CFA.  C’est depuis septembre que la machine a été mise en marche, le centre  enregistre environs 800 malades par catégorie et par mois. 
Oui, je dois l’avouer et être reconnaissant que ces dons correspondent aux besoins réels des populations sinistrées. On ne peut aucunement sous-estimer la qualité ou la quantité. On n’a pas ressenti la période de vaches maigres ou la  période de soudure où la famine bat record entre juin – Août, car c’est en ce moment précis que les assistances se succédaient. 
Le riz a atterri dans les assiettes ou plats des démunis au village. C’est très rare, cela n’est pas fréquent. C’était un miracle pour beaucoup de personnes. Donc les dons sont venus pour la plupart au bon moment selon l’agenda de chaque personne et de chaque organisation. 
Cheville dans le déploiement de l’assistance. 
C’est  monsieur TOUGET Joseph, le sous-préfet de l’Arrondissement de Mayo-Moskota qui a mis sur pieds un comité de gestion des plaintes relatives aux aides humanitaires dans les cantons de Moskota et de Mozogo.
Ce comité dont j’assume la présidence dans le canton de Moskota est composé de l’Imam de la grande mosquée de Moskota, du représentant du sous-préfet, du représentant du Maire de Mozogo, du représentant des déplacés à Moskota, du représentant des humanitaires-point focal ; …
En effet, ce comité joue le rôle de facilitateur entre les bénéficiaires, les autorités ainsi que les humanitaires. Le comité a comme rôle d’établir la justice dans la sélection des bénéficiaires potentiels et dans la répartition des dons par les bienfaiteurs. Il va faut signaler que chaque organisme humanitaire à son canevas de critères de sélection qui n’est pas nécessairement même partout. 
C’est vrai que dans chaque troupeau, il ne manque pas de brebis galeuses, des hommes insatisfaits qui souhaiteraient discréditer les bonnes actions sur le terrain. Lorsque les plaintes remontent au comité de gestion des plaintes et après vérification les mesures conséquentes sont prises pour mettre hors d’état de nuire les auteurs de toutes les tentatives de fraude. 
J’ose souscrire en faux le détournement des assistances ou des dons dont l’appel à l’aide et la supervision ont été assurés par nous. Peut être sous d’autres cieux, je n’en sais pas d’autant plus que chaque partenaire est libre de choisir ses bénéficiaire et ses facilitateurs ou personnes assumant le rôle de point focal sur le terrain. 
En ce qui nous concerne, plus d’un donateur ou distributeur nous ont congratulé et apprécié la qualité de notre travail en commençant par la sélection des bénéficiaires potentiels, la transparence dans la distribution et le respect des mesures barrières de COVID-19.
Monsieur ACHIL de l’ONG INTERSOS distributeur des dons des PAM, monsieur Edouard KALDAPA, secrétaire permanant de la Caritas diocésaine et Madame FLORE Christiane en supervision dans le compte de la Solidarité international peuvent vous en témoigner.  
Toutefois, là où un comportement maladroit ou malsain a été signalé dans les choix de bénéficiaires et dans le processus de la distribution, l’autorité compétente et le comité de gestion des plaintes n’ont pas tardé à réprimander les coupables et à ’établir l’ordre et la justice en faveur des victimes. Certes, il ne manque pas de brebis galeuses dans chaque troupeau,  je l’ai dit. 
Les remous par ailleurs, proviennent soit du mécontentement des personnes hôtes ou bénéficiaires non sélectionnées pour n’avoir pas rempli tous les critères de sélection, soit de certains donateurs qui traitent différemment d’un lieu à un autre les bénéficiaires. A certains endroits, les promesses faites aux bénéficiaires sont respectées et à d’autres endroits, ce n’est pas le cas. Surtout quand il s’agit d’un même partenaire ou donateur. 
 
En définitive, eu égard aux efforts conjugués, s’il faut dresser  le bilan, nous  sommes satisfaits de toutes les interventions et de tous les soutiens des uns et des autres envers des populations de Ouzal. Un joueur de qualité ne s’arrête pas à un but lors du match important, nous en appelons à nos Elites internes et externes, aux organismes d’assistance humanitaire, aux hommes et femmes de bonne volonté… de s’impliquer davantage dans la recherche des solutions durables pour la paix et le développement communautaire durable à la base ; en l’occurrence dans la reconstruction des infrastructures détruites : le centre de santé et l’école publique d’Oudal. Car jusqu’ici les aides reçues sont d’ordre des assistances d’urgence. 

Quant à l’impact  de toutes ces assistances aussi bien sur le plan sécuritaire et humanitaire  accordées à ces populations,  sans commentaire, c’est de la manne du ciel qui est tombée en leur faveur.  Leur  tissu-socio-économique est en voie d’amélioration. C’est l’essentiel, j’ai fait un détail relatif à cet impact  en parlant des forces de maintien de l’ordre qui sont déployées et qui empêchent des terroristes en les mettant mal alaise de commettre des attaques de grande envergure comme celle de février. Sans être Pessimiste,  il reste encore beaucoup de choses à faire dans la réhabilitation de la paix définitive et de retour des populations traumatisées et déplacées dans leurs villages respectifs.  En d’autres termes, des zones d’ombre qui fragilisent la paix définitive persistent entre autre : les incursions répétées et régulières  des terroristes, la fragilité du tissu socio-économique qui augmente le taux de vulnérabilité des personnes qui vivent  providentiellement,  l’errance des jeunes dont l’avenir de la majorité laisse à désirer , des structures et des réseaux éducatifs pauvres….ou fermés à certains villages à cause de l’insécurité.  Voilà autant de défis qui restent à relever pour un développement durable.
 
Nonobstant ces défis, à ce jour, mon sentiment personnel  vis-à-vis  du malheur qui est   arrivé à Oural  et les assistances multiformes, est un sentiment de gratitude envers Dieu qui n’abandonne pas ses enfants et de gratitude envers toutes les bonnes volontés qui nous ont assistés de plusieurs manières inimaginables et inattendues dans le malheur qui nous avait frappés en mi-février 2020. J’ose croire que sans cette assistance multiforme aussi bien sur le plan sécuritaire et humanitaire, les villages d’Oural et les périphéries seraient désertés. 
Que Dieu récompense chacun et chacune et vous accorde le centuple.    Par ailleurs, cet évènement m’a appris à être un bon pasteur au milieu de ses brebis en détresse et à être leur interlocuteur valable non seulement devant Dieu mais aussi devant mes frères et sœurs de tout bord. Je confirme que celui qui met tout entre les mains de Dieu, verra la main de Dieu dans tout ce qu’il entreprend.
Je remercie encore une fois le journal «  œil du sahel » pour sa médiatisation et appel à l’aide aux âmes sensibles, envers les populations d’OUZAL et lui souhaite une longue vie. 
Que Dieu vous protège. 

 

P. PAULIN MBENGELE 

ENTRE COVID ET BOKO HARAM

 

CHRONIQUE SANTE : COVID-19 A KOZA ET AU COLLEGE SAINT JOSEPH DE KOZA
 Depuis le 17 mars 2019 où le gouvernement camerounais a officiellement pris et lancé les mesures barrières sur toute l’étendue du territoire et bien que la pandémie en question soit apparue aux yeux de beaucoup, même des intellectuels et religieux un secret de polichinelle, donc un mystère, il me revient de rendre comment le collège de Koza a vécu et continue à vivre cet événement dont les opinions des personnes adultes et enfants, au-delà des informations aussi bien réelles qu’incroyables, nous a touchés  et inquiétés dans notre jeune structure.
Le 17 mars 2019, je me trouvais à Yaoundé pour une Assemblée nationale des principaux des collèges catholiques, Assemblée qui n’a pas eu lieu de suite des mesures prises par le gouvernement d’interrompre les activités académiques, les attroupements et consorts. Par peur de m’exposer, je fus obligé de retourner le plus vite possible à l’Extrême- nord. Après un voyage de deux jours par car, je suis arrivé à Ouzal la nuit d’un samedi. A cause de la fatigue, je ne pus participer à la messe présidée par le père Paulin, messe au cours de laquelle il a invité les fidèles de s’approcher de moi juste après pour d’amples information sur le phénomène. Curieusement à la sortie, les fidèles me saluaient à distance. Personne n’osa s’approcher de moi. Après deux et demi de confinement, l’école et l’administration avaient repris. Cette reprise concernait les classes d’examens et les administratifs dans l’ensemble. Ce fut pour nous une occasion de sensibiliser les élèves de CM2 pour l’entrée en sixième au collège. Inattendûment, on apprendra que le président de l’APEE de notre collège est atteint et transféré à Maroua à l’hôpital central. C’était une sorte de comédie qu’il ne comprenait pas lui-même. Comédie montée par qui ? Le politique était touché du doigt. 
A la rentrée générale du 05 octobre 2020, selon les initiatives du gouvernement via le MINESEC, nous avons, avant la rentrée, réceptionné du matériel de lutte contre la pandémie, les salles ont été désinfectées et les mesures barrières appliquées depuis la rentrée.
Au rassemblement matinal quotidien, à travers les interventions matinales, l’équipe du PEC sortant a présenté de manière la plus efficace et démonstrative aux autres élèves toutes les instructions et les précautions relatives à la conduite à tenir en ce temps de covid-19.
Quelques temps après, nous avions appris avec peine la mort de notre confrère, le Père Richard en Angleterre. Ayant informé nos élèves de cette triste nouvelle, ils adressèrent un message de condoléances aux josephites et à la famille biologique de notre cher confrère disparu.
Du 17 au 20 novembre 2020, me trouvant en session des prêtres organisée par le diocèse, le Surveillant général m’informe sur WhatsApp que l’un des parents de nos élèves est testé positif et que tous les membres de la famille sont en isolement, parmi lesquels deux de nos élèves filles, l’une de 5e , l’autre de 4e Espagnole. L’agent de santé souhaité que toute la classe soit testée. Le Surveillant ne pouvant pas engager une telle opération, a fait comprendre à l’agent que cela relevait de mes prérogatives. Ce dernier partit en attendant mon retour.
Une fois revenu, après avoir écouté les uns les autres, je résolus de ne pas certifier et avaliser cette démarche qui selon une source, consistait en une campagne de déstabilisation. Et l’agent en question , possédant mes coordonnées, ne prit aucune peine à m’intéresser sur quoi que ce fut à ce sujet. Je m’inquiétais au sujet de deux enfants estimant qu’il y aurait risque d’abandon de l’école et conséquemment, nos effectifs se réduiraient, Covid nous en ayant déjà fait payé le prix. Lundi, 29 novembre 2020, je m’étais déterminé à arriver dans la famille de ces enfants en vue de comprendre pourquoi devrait-on les retenir alors qu’elles n’étaient pas testées positives sachant que les enfants sont souvent, au dire des experts, asymptomatiques qui peuvent exposer les adultes. Mais il n’en était pas le cas. Dieu merci, c’est ce même lundi à 6h25 dans mon bureau que les deux enfants me présentent leur certificat de fin d’isolement.
Quoi qu’il en soit, l’affaire covid en Afrique est encore sujet de beaucoup de spéculation allant jusqu’au soupçon de business mondial et politique. Ayant évité que nos enfants soient frustrés et traumatisés de faire objet de dépistage dans une population qui vit la promiscuité au quotidien sans commencer par elle, cela ne relevait pas des croix que je suis prêt à porter. Jusqu’à ce jour, des manouvres se trament et j’ignore où la barque nous conduira. Mais la confiance en Dieu est plus forte que le reste. Nous sommes entre covid et boko haram. Mais nous vivons. Nous portons le masque
                                                                                                                      Père Ambroise c.j.

P. FRANCOIS - NOUVEAU ROMAN

 

Le Père François Mbiyangandu vient de publier son deuxième roman intitulé "Le destin de Laurent Tshiosha", disponible aux éditions L'Harmattan. Le livre peut être commandé via internet au prix de 19 euros. Il dispose lui-même de quelques exemplaires pour le même prix.

 

Cliquez sur le bouton « Harmattan » pour y accéder directement.

ORDINATIONS KINSHASA 

 

C’est avec grande joie qu’on annonce l’ordination sacerdotale de quatre confrères à Kinshasa, le 21 novembre 2020, par Mgr Charles Ndaka Sala Bisala, Evêque auxiliaire de Kinshasa.

 

Félicitations aux confrères-prêtres Hermann Balela, Jean-Marc Mobay, Jean-Pierre Mpieko et Christian Muambi. Ad Multo Annos!

 

+++++

 

With great jot we annonce the priestly ordination of four confrères in Kinshasa, on the 21st November 2020, by Mgr Charles Ndaka Sala Bisala, auxiliary Bishop of Kinshasa.

 

Congratulations to our priest-confrères Hermann Balela, Jean-Marc Mobay, Jean-Pierre Mpieka and Christian Muambi. Ad Multo Annos!

DECES DU PERE RICHARD LEAR


C’est avec une grande douleur que les Joséphites en Angleterre annoncent le déces dû à Covid de notre cher confrère le Père Richard. Il est parti doucement au petit matin de samedi octobre 31.
Un homme de prière et de sagesse, il a servi comme Supérieur Général 1996 – 2001. Partout ou il servait il a été estimé par tous, surtout dans notre Province d’Afrique qu’il tenait toujours au cœur.
Prions pour son âme et, Richard, priez pour nous tous.

 

+++++

 

DEATH OF FATHER RICHARD LEAR


It is with great sorrow that the Josephites in England announce the death due to Covid of our dear confrere Father Richard. He left quietly in the early morning of Saturday October 31.
A man of prayer and wisdom, he served as Superior General 1996 - 2001. Wherever he served he was esteemed by all, especially in our Province of Africa which he always held dear to his heart.
Let us pray for the repose of his soul and, Richard, pray for all of us.

BACHELIERS EN PHILOSOPHIE

 

Nos confrères Blanchard Mudibwa, Freddy Katay et Gustave Malumba: tous trois Bacheliers en Philosophie à Saint Pierre Canisius de l'Université Loyola du Congo. Félicitations! 

ORDINATION AU DIACONAT


Samedi 19 septembre notre confrère Rufin Mpassi a été ordonné diacre par Son Excellence Cardinal Fridolin, Archevêque de Kinshasa. Ad Multos Annos!

 

VOEUX PERPETUELLES


Dimanche 13 septembre à Kimwenza trois confrères, les Frères Sunny Aker, Jean Mbuyi et Théophile Mingashanga ont émis leurs vœux perpétuels. Félicitations à tous.

Radio reportage
AUDIO-2020-09-15-19-00-05.mp3
MP3 audio file [2.1 MB]

PREMIERS VOEUX ET RENOUVELLEMENT DES VOEUX

 

Samedi 12 septembre notre novice Jean-Claude a eu la joie d’émettre les premiers vœux. Dans la même cérémonie plusieurs scolastiques ont renouvelé leurs vœux.

ENTREE AU NOVICIAT


Samedi 12 septembre nous avons admis cinq postulants au noviciat à Kimwenza. Les Frères Stéphane, Odilon, Jeef, Jean-Pierre et Marcel ont été reçus par le Supérieur Provincial et mis dans les mains du Maître de Novices.

 

INSTITUTION D'ACOLYTE ET LECTEURS

 

Dimanche 30 aout le frère Simon, et les frères Boniface et Sylvain ont été respectivement institués acolyte et lecteurs par le R.P. Éric Nkoko, délégué du Supérieur Provincial en déplacement, devant nos deux communautés de Kimwenza et les quelques sœurs de Notre Dame de Namur. Nos très sincères félicitations. Après l'institution des ministères la maison de Kinshasa, ensemble avec les Anciens Élèves des Pères Joséphites (ANEPEJOS, en cigle), sont réunis en ce jour au Scolasticat, pour faire mémoire de tous les Pionniers Joséphites. Une pensée pieuse à eux tous.

ORDINATIONS A ILEBO (DR CONGO)

 

Dimanche le 16 février l’évêque de Mweka, Mgr Oscar Nkolo Kanowa, a conféré les ordres sacrés à nos confrères :


Fernand MILANDU MBAYA (ordination presbytêrale),
Hermann BALELA MAKABA,

Auriol-Pertini ONKHINGA et

Jean-Marc MOBAY MOMONGO (ordinations diaconales).


Nous félicitons nos confrères de tout cœur.

INCENDIE A DOURUM (CAMEROUN)

 

Ce matin 06/01/2020 à 06h00 on a trouvé l’église de notre paroisse à Dourum (Cameroun) en incendie.

LECTEUR ET ACOLYTE A SANTA MARIA (CALIFORNIE)


On célèbre l’admission début janvier de notre confrère Gerardo Toscano aux ordres mineurs de l’Acolytat et le Lectorat.

Le 1 décembre 2019 le Père Gaston Mweni CJ (à gauche) a été formellement installé comme curé de la Paroisse Saint Joseph Mukassa à Franceville, Gabon, par l’Evêque du lieu, Mgr Jean-Patrique Iba-ba. Notre nouveau diacre, Père Christian Mwambi CJ (à droite) a assisté à la cérémonie.

+++++

On the 1st December 2019 Fr Gaston Mweni CJ (on the left) was formally installed as Parish Priests of the Parish of St Joseph Mukassa in Franceville, Gabon, by Bishop Jean-Patrique Iba-ba. Our new deacon, Br Christian Mwambi (on the right) assisted at the ceremony.

Ordination à Douvangar (Cameroun)

 

Dimanche 27 Octobre 2019 trois de nos confrères ont été ordonnés diacre à Douvangar (Cameroun par Mgr Bruno Ateba Edo, évêque de Maroua-Mokolo. Nous félicitons les nouveaux diacres!

 

On Sunday 27th Octobre 2019 three of our confrères were ordained Deacon at Douvangar (Cameroon) by Mgr Bruno Ateba Edo, Bishop of Maroua-Mokolo. We congratulate our new deacons!

 

Jean-Pierre Mpieko, Barthélémy Bushabu, Christian Muambi

Voeux a Kimwenza

 

Dimanche 15 septembre les Joséphites au Congo ont eu la grande joie de voir onze confrères émettre leurs vœux dans les mains du P. Robert Hamilton, ancien Supérieur General. Le P. Robert avait aussi prêché leur retraite.

 

Vœux perpetuels: Les Frères Boniface Bituapa, Polydore Bope, Prosper Bulewu, Ruffin Mpasi, Simon Iwa, Sylvain Kalonda

 

Premiers vœux: Les Frères Alfred Kisimba, Audrey Makutu, Christian Mwatanga, Joseph Ngolo Kwemy, Willibrord Jacques Geysels

Que leur vie Joséphite soit longue et fructueuse. 

Vous pouvez voir ci-dessous des images de la cérémonie.

Excursion de nos Scolastiques au Congo à Kasangulu.
Assis: Frère Freddy Katay, Premier rang de gauche à droite: Frères Blanchard Mudibwa, Balthazar Kwete, Prosper Bulewu, Christian Mwatanga, Boniface Bitwapa, Gustave Malumba, Joseph Ngolo Kwemi, Alfred Kisimba, Audrey Makutu, Simon Iwa, Johnson BWANG
Deuxième rang de gauche à droite : Joseph Bilier, Polydore Bope, Willibrord Geysels, Jean Mbuyi, Sylvain Kalonda and Théophile Mingashanga

 

Print Print | Sitemap
© Josephites